Actus et conseils immobiliers

“iBuyer”, d’où cela vient-il?

Il s’agit d’un terme anglais, ou plutôt américain pour être exact. En effet, c’est aux Etats-Unis que naît ce concept. Désormais, il prend des plus en plus de place en Europe.

Vous l’aurez deviné, nous vous proposons aujourd’hui un petit article sur les origines de WeSold, et plus globalement des iBuyers. En effet, notre groupe est ce qu’on appelle communément un « iBuyer ». Dans l’un de nos précédents articles, nous expliquons ce que cela signifie et quelles en sont les caractéristiques. Cela dit, la question de l’origine de ce nouveau concept est rarement posée. Alors certes, vous savez que ça vient des Etats-Unis… mais généralement, ça s’arrête là.
Nous allons donc pousser la réflexion plus loin et chasser les dernières zones d’ombre autour de ce terme nouveau.

iBuyer : les origines

Les Etats-Unis, Eric Wu et Opendoor

Le concept d’iBuyer en est encore à ses débuts. Pas besoin de remonter bien loin dans le passé pour parler de sa naissance. En fait, c’est en 2014 que l’iBuying voit le jour. Dans le pays de l’Oncle Sam, un certain Eric Wu réfléchit sur le schéma immobilier classique. Il constate, comme tout le monde, que vendre un bien immobilier prend longtemps. Il envisage donc de mettre sur pied un modèle qui permettrait de s’écarter de ce schéma et de proposer une solution beaucoup plus rapide. Et si on donnait la possibilité à chacun de vendre sa maison en moins d’une semaine ?
Eric Wu décide alors de se lancer. Il crée sa société, Opendoor, avec l’idée de proposer la meilleure expérience-client possible.
À ce moment-là, il ne le sait pas encore, mais il a ouvert la voie vers un modèle qui va se développer rapidement…

En moins de cinq ans, Opendoor enregistre plus de 50.000 clients ! La société propose ensuite différents services. Elle rachète des biens, en revend certains, propose des locations, des services… Bref, elle se développe dans diverses directions et s’installe confortablement sur le marché américain.

iBuyer en Europe : la France avec Homeloop et Dili

Comme c’est souvent le cas avec les succès outre-Atlantique, leur rumeur franchit vite l’océan. C’est donc assez naturellement que le modèle va prendre tout doucement forme sur notre continent, chez nos voisins français notamment. Nous sommes en 2017, soit trois ans après la création du modèle iBuyer aux USA. C’est dans ce contexte que Homeloop et Dili voient le jour. Ces deux entreprises veulent s’inspirer de Opendoor et proposer les mêmes services, version française. Là encore, on mise sur un système où on propose aux propriétaires de vendre leur bien de manière simple et rapide.
Les points communs entre ces iBuyers sont donc nombreux. Cependant, quelques différences sont aussi à souligner. D’une part, comme le succès est plus important aux USA, les iBuyers sont disponibles sur une plus grande partie du territoire américain. En France, le concept doit encore se développer. D’autre part, Opendoor propose plusieurs services annexes, en plus du rachat et de la revente de biens immobiliers, tandis qu’en France, l’iBuying reste pour le moment cantonné au rachat et à la vente.

iBuyer en Europe : et maintenant ?

Le modèle iBuying est encore très récent sur notre continent. Il est en pleine phase de développement dans certains pays, comme en France, mais aussi en Italie et en Finlande. Dans d’autres, il n’en est qu’à ses balbutiements. Il est donc compliqué de se projeter sur l’avenir de ce modèle, qui est un marché de niche actuellement.
Mais comment ne pas imaginer un avenir positif pour un système révolutionnaire qui simplifie le mode opératoire d’un secteur tout entier ?
Certes, les pays européens ne sont pas comparables aux Etats-Unis, tant leurs marchés et leurs publics sont différents. Mais au final, il faut garder à l’esprit que la simplification du secteur immobilier est une perspective intéressante, qu’on soit américain, français ou belge.

Le plus gros obstacle pour l’iBuying reste finalement les habitudes. Le processus de vente dans le secteur immobilier est resté inchangé depuis des lustres, si bien qu’il paraît inconcevable d’en changer. Et à côté de cela, modifier une habitude profondément enracinée dans le passé est une opération de longue haleine. Mais si les américains ont su le faire, pourquoi pas nous ?

Vous désirez vendre votre maison rapidement et en toute sécurité ? N’hésitez pas à remplir notre formulaire, on s’occupe du reste !

Gratuit, et sans engagement.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email