Actus et conseils immobiliers

Prédictions immobilières 2021

Quelles sont les tendances immobilières en Belgique en 2021?

Avec la crise sanitaire, il est très difficile de prévoir quoi que ce soit pour l’année 2021. Néanmoins, le marché immobilier belge est stable et reste attractif malgré le contexte. La confiance dans la brique persiste, seul un Belge sur dix pense que l’immobilier va baisser.

À Bruxelles, l’immobilier reste une valeur refuge, avec des taux planchers, un marché dynamique et des prix toujours en croissance.

Une ville attractive pour les investisseurs 

Bruxelles se positionne en 12ème position parmi 31 villes européennes en termes d’attractivité pour les investisseurs de l’immobilier, indique le rapport Emerging Trends in Real Estate Europe 2021, une enquête menée conjointement par PwC et l’Urban Land Institute (ULI) auprès de près de 1 000 leaders du secteur en Europe. La capitale belge gagne ainsi une place par rapport à l’année dernière, grâce à des prix attractifs et à un risque perçu comme faible

Ces dernières années, Bruxelles a bénéficié de la tendance européenne à des investissements dans des secteurs tels que le résidentiel ou l’hôtellerie et a même amélioré sa position dans la crise actuelle.

Bruxelles dispose de nombreux atouts. La ville combine liquidité et stabilité. Elle propose un environnement réglementaire favorisant transparence et sécurité juridique. De plus, l’enquête 2020 de Workplace Preference identifie Bruxelles comme le lieu de travail le plus populaire pour les jeunes Belges âgés de 19 à 28 ans. En 2019, notre enquête European Start-up a révélé que 90% des start-ups de Bruxelles considèrent leur ville comme un lieu idéal pour faire des affaires, bien avant Berlin ou Paris. Par ailleurs, Bruxelles propose des prix et loyers raisonnables, une mobilité favorable (transports publics, véhicules partagés) face aux autres métropoles européennes. Ces facteurs de qualité de vie maintiennent Bruxelles comme une destination favorable à l’investissement immobilier.

Un marché robuste

Pour 2021, la banque ING prédit une baisse de la flambée des prix sur le marché résidentiel. On s’attend à une croissance moins forte, mais avec tout de même une hausse des prix de 3 % en ce qui concerne l’immobilier résidentiel à Bruxelles. 

L’économiste Jean-Baptiste Van Ex (Vicinity) souligne que “les prix de l’immobilier dépendent de quatre facteurs: la capacité d’emprunt des ménages, le pouvoir d’achat, l’inflation et la fiscalité ». On peut s’attendre à ce que le gouvernement maintienne la fiscalité immobilière en vigueur (faible taxation sur les revenus locatifs, déduction ordinaire d’intérêt). Le commerce de détail et les bureaux seront les plus touchés, en raison de l’incertitude généralisée liée aux revenus locatifs pendant la pandémie. Les centres de données, la logistique et les sciences de la vie sont les trois premiers secteurs immobiliers en termes de perspectives. La disponibilité des capitaux d’investissement est élevée et les stratégies environnementales, sociétales et de gouvernance gagnent de plus en plus de terrain.

L’immobilier est aussi attractif du point de vue du simple investisseur. La solidité tranquille de la pierre contraste avec les turbulences actuelles des marchés boursiers.  Néanmoins, on risque de noter une diminution des revenus des ménages face à la crise sanitaire. Les plus touchés sont les acquéreurs ayant moins de fonds propres à apporter lors de l’achat immobilier. Les taux d’intérêt très bas pour les crédits hypothécaires restent maintenus, mais soumis à des conditions d’attribution plus rigoureuses. Les banques risquent d’être plus frileuses dans leurs octrois face à un contexte global incertain. 

Nouvelles tendances du marché

On note -4,8% de vente en moins à Bruxelles en 2020 qui s’explique notamment par les prix en hausse. Il faut débourser 500.000 euros en moyenne pour une maison individuelle et 274.000 euros pour un appartement dans l’agglomération bruxelloise. La Région Bruxelles-Capitale est la plus chère pour tous les types de logements. Les maisons de type fermé ou demi-fermé coûtent 435.500 euros. Le prix moyen des maisons de type ouvert est de 1.220.000 euros. Les prix des appartements ont augmenté et s’établissent à 230.000 euros, une hausse de 7 %. Cette tendance continuera probablement en 2021.

Avec la généralisation du télétravail grâce à la digitalisation, beaucoup de bruxellois achètent plutôt des maisons avec jardin à la campagne ou à proximité de Bruxelles. Le caractère potentiellement permanent du travail à domicile renforce cette idée de vivre dans un cadre plus attrayant et plus grand.

De surcroît, les immeubles qui répondront aux besoins de demain prendront de la valeur (le neuf, les biens avec de bonnes performances énergétiques, proches des transports en commun). Tandis que ceux qui ne répondront plus à ces critères, les vieux immeubles qui consomment beaucoup d’énergie, perdront en valeur.

Wesold vous propose ses services professionnels  dans l’achat-revente de biens dans la région bruxelloise. Qu’il s’agisse d’une vente rapide nécessaire pour développer un projet, que vous ayez besoin d’un apport rapide d’argent ou que vous n’arriviez pas à vendre votre bien. N’hésitez-pas à nous contacter!

Gratuit, et sans engagement.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email